1979

Le Jijonero revient pour Noël

Le nougat artisanal de Jijona Juan Verdú Sirvent de Figueres a attiré l’attention de la presse généraliste de la province de Gérone et de la Catalogne en général pendant beaucoup d’années.  En effet, l’entreprisse fondée sur un portail de la capitale de l’Alt Ampurdán en 1917, et qui encore aujourd’hui offre des bonbons de Jijona de qualité  à Noël, a toujours été spécial pour le commerce de Figueres, malgré que ce soit encore le seul établissement qui ouvre seulement un mois  par an, comme le  soulignent ses propriétaires actuels, Maria Dolores Soler Verdú et Alfonso Coloma.
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

1984

L’arrivé du Jijonero a toujours été une bonne nouvelle pour les habitants d’Ampurdán. Et la presse n’a pas été étrangère à cet événement qui se tient, même avant les grands jours de la fête de Noël, dans d’innombrables maisons pour déguster le premier nougat de Jijona qui arrive à la ville. Tel est le cas, par exemple, de maison des parents de Salvador Dalí, située dans le même immeuble que la boutique du nougatier Juan Verdú Sirvent pedant plus d’un demi-siècle.
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

1991

‘Hora Nova’, un journal de la région,  informe déjà le 19 décembre 1979, tout au debut du  démarrage de la Démocratie en Espagne, de l’arrivée de la famille Verdú Sirvent «  Pour Noél : le Jijonero »,intitule le quotidien, en plus de se faire écho de ce qu’il venait dejà depuis 65 ans à Figueres. “Comme chaque année, dans le petit escalier de la rue Monturiol, quand les vacances de Noël arrivent, le Jijonero s ‘ installe. Cela fait 65 ans qu’ il vient à Figueres. L’initiateur de cette coutume artisanale est l’oncle des propriétaires actuels, venus de la ville de Jijona avec un compagnon à Barcelone et, de là, à Figueres … “.
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

1997

Une autre publication où le nougatier de Jijona est “régulier de campagne” lorsque les premiers « caganers » (chieurs) et guirlandes apparessent dans les vitrines  est l’Empordà, un hebdomadaire très ancré dans Figueres et toute la région. À la une du 21 novembre 1984, cet hebdomadaire souligne que”le Xixonero est arrivé  », avec une photo du portail de la maison natale de Salvador Dalí à la une. Mercredi dernier, sous la pluie, nous avons pu voir le déchargement de caisses à la rue Monturiol d’un camión avec la plaque d’immatriculation d’Alicante. Le lendemain, on entend le cri :  « Voici le jijonero, le jijonero est arrivé! » Le journaliste Joan de L’ Empurdà a commençait ainsi son histoire.
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

2005

«Trois générations de nougatiers sont passées à Figueres, dans le portail de la maison natale de Dalí», fut un autre gros titre  de L’Empurdà en 1991. Toujours dans les premières semaines de décembre, lorsque la boutique du portail ouvre. « Soixante-dix ans de nougat artisanal » est un autre  des titres de l’époque, qui souligne que la boutique de la rue Monturiol avait commencé à la Rambla et  déjà la troisième génération de la famille de Jijona menait l’affaire, avec photo d’Alfonso Coloma et María Dolores Soler Verdú .
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

2005

Même l’historique journal  de Barcelone ‘La Vanguardia’ a recueilli dans ses pages l’activité artisanale et traditionnelle de la famille Juan Verdú Sirvent à Figueres. Ainsi en 1997 avec une interview de Maria Dolores Soler, le journal remarque entre autres, que la variété de nougat de Jijona spécialement aimé par l’artiste Salvador Dali était celui de texture molle. «Retourner à Figuieres pour Noël”,phrase de la célèbre publicité de la marque de nougat El Almendro, une des plus souvent répétée pendant des décennies dans les quotidiens catalans en parlant de Juan Verdú Sirvent. Il souligne également le caractère traditionnel et artisanal de famille Verdú Sirvent. « Le nougatier de toujours », écrit l’Empordà en 2005. Ou cet autre gros titre témoin de l’ activité artisanale: « Une partie de Jijona, à la rue Monturiol ».
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

2017

Le dernier article paru dans le journal de l’Empordà le 5 décembre 2017, juste quand la famille de nougatier de Jijona  célébrait  son centenaire. « Depuis l’année 1917, le nougat et les bonbons de Juan Verdú Sirvent ont marqué un point de repère dans la ville de Figueres pendant la saison de Noël », souligne le quotidien, avec un rapport illustré de photographies en couleur des responsables actuels de l’ affaire, Maria Dolores Soler Verdú et Alfonso Coloma, devant la nouvelle boutique à la même rue Monturiol et une autre photo en noir et blanc de la visite, en 1974, de Salvador Dalí et son photographe officiel au portail tenu par Antonio et Gloria. Sans doute les nougat de Juan Verdú Sirvent ont monopolisé l’attention de la presse de Girona et de la Catalogne pendant de nombreuses décennies.
Recortes de periódico. Historial de la empresa y la venta del turrón.

Un siècle de services traditionnels, artisanaux et de qualité, le méritait !